Faites entendre la voix des détaillants !

Faites savoir à vos futurs élus à quel point le commerce de détail est important au Québec en leur faisant parvenir cette lettre.

Envoyez automatiquement cette lettre à tous les candidats de votre circonscription.

Dans la fenêtre ENVOYER VOTRE LETTRE à la gauche, vous n’avez qu’à

  1. Entrer votre adresse résidentielle ou votre code postal puis cliquer sur SOUMETTRE VOTRE INFORMATION.
  2. Apparaîtront ensuite :
    • Une carte de votre circonscription
    • Une liste des candidats de chacun de partis dans votre circonscription
  3. Confirmer qu’il s’agit de la bonne circonscription en cliquant sur CONTINUER
  4. Entrer vos informations personnelles et votre adresse résidentielle puis cliquez sur CONTINUER
  5. Vérifier l’exactitude de vos informations personnelles et voyez la liste des candidats qui recevront la lettre.
  6. Cliquer sur Prévisualiser pour voir la lettre complétée.
  7. Entrer votre adresse courriel, puis cliquez sur ENVOYER.

La lettre sera automatiquement envoyée en votre nom à tous vos candidats.



Les politiques gouvernementales affectent la compétitivité des détaillants québécois. Il est donc essentiel que nos députés comprennent bien les enjeux suivants :

L’augmentation du salaire minimum et les récents changements aux normes du travail font augmenter les coûts de la main-d’œuvre en plus d’ajouter de nouvelles contraintes dans la gestion des horaires du personnel. La dernière augmentation du salaire minimum a été plus haute que prévu et les détaillants ont dû l’absorber alors que les budgets pour l’année en cours étaient déjà terminés. De même, la semaine de vacances additionnelle après trois ans et les journées de congés payés ajoutées aux normes du travail entraîneront des coûts additionnels dans une enveloppe salariale déjà difficilement compressible.

La pénurie de main-d’œuvre frappe aussi le commerce de détail. Alors que les détaillants rivalisent déjà afin de recruter et garder leur personnel, il deviendra de plus en plus difficile de la faire dans un contexte où il manque tout simplement de travailleurs.

Le commerce électronique prend de plus en plus d’importance et nos règles fiscales sont mal adaptées. Les détaillants en ligne hors Québec n’ont pas à percevoir la taxe de vente du Québec (TVQ) ni les frais environnementaux sur les produits touchés (écofrais), ce qui affecte la capacité des détaillants d’ici à demeurer concurrentiels.

La vente d’alcool dans les épiceries doit être repensée et modernisée. La SAQ fait concurrence aux épiceries dans la vente au détail, mais n’est pas soumise aux mêmes règles quant aux prix, à la disponibilité des produits et à la publicité. Les consommateurs québécois auraient pourtant tout à gagner d’avoir accès à un plus grand éventail de produits dans les magasins d’alimentation.